foah

Selon l’amiral Prazuck, la Marine nationale louera des hélicoptères H-160 pour remplacer ses Alouette III

Rédigé le 07/11/2018

Un commentaire ? cliquez ici

Avec un âge moyen de 45 ans, les 20 Alouette III de la Marine nationale sont à bout de souffle. En outre, le coût d’une heure de vol réalisée avec ce type d’hélicoptères est désormais exhorbitant puisqu’il dépasse les 10.000 euros.

Aussi, la Marine nationale ne peut pas attendre la livraison des premiers Hélicoptères interarmés légers [HIL] en 2028 pour remplacer ces appareils. D’où le projet de louer une « flotte intermédiaire » pour patienter.

Lors de son audition par la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense dans le cadre de l’examen du budget 2019, l’amiral Christophe Prazuck, le chef d’état-major de la Marine nationale, a donné quelques précisions au sujet des locations envisagées.

Ainsi, les hélicoptères ainsi loués remplaceront non seulement les Alouette III mais aussi les Lynx, voire les NH-90 NFH « Caïman ».

« Pour ce qui est des hélicoptères, dans le PLF 2019 il est prévu que nous louions une flotte intermédiaire pour remplacer les Alouette III et les Lynx », a en effet indiqué l’amiral Prazuck. « Le coût de cette location correspond approximativement au coût du MCO [Maintien en condition opérationnelle] de ces hélicoptères d’ancienne génération », a-t-il continué, avant de préciser que ces appareils « remplaceront à la fois les Alouette III et les NH90 sur les plots de service public. » Et d’ajouter : « Nous gagnerons ainsi en disponibilité et donc en heures de vol. Il s’agit d’une disposition qui me satisfait. »

Les appareils de cette « flotte intérimaire » de la Marine nationale devraient être essentiellement des hélicoptères « Dauphin », loués, donc, auprès d’un prestataire privé, sélectionné dans le cadre d’un appel d’offres.

Cela étant, au début de cette année, un premier contrat [distinct de l’appel d’offres relatif à la flotte intérimaire, ndlr] a d’ores et déjà été conclu avec l’entreprise belge NHV. D’un montant de 31,3 millions d’euros, ce marché vise à fournir quatre hélicoptères Dauphin à l’École de spécialisation sur hélicoptères embarqués (ESHE) pour remplacer les 7 Alouette III de cette dernière. Dans le détail, il s’agira d’assurer 1.800 heures de vol par an, jusqu’au 31 décembre 2023. La maintenance des appareils doit être assurée par le prestataire.

Mais, d’après l’amiral Prazuck, un autre type d’appareil sera susceptible d’être loué. « En attendant pour remplacer les Alouette III, nous avons adopté une mesure intermédiaire de location sans option d’achat. Elle nous donnera notamment l’occasion de tester en grandeur nature l’hélicoptère H160 d’Airbus qui servira de base de développement au HIL », a-t-il en effet confié aux sénateurs.

Pour le moment, le H160 n’a pas encore été mis en service. Aussi, la Marine nationale pourrait en être la première utilisatrice ce nouvel hélicoptère, dont la conception a débuté en 2009, sous le nom de X4.

D’une masse de 5,5 à 6 tonnes, le H160 a effectué son premier vol en 2015. Il bénéficie de pas moins de 68 innovations technologiques. Plus silencieux (réduction de 50% du bruit extérieure), il promet d’être moins gourmant en carburant tout en étant plus facile à piloter. Comme l’a rappelé l’amiral Prazuck, il servira de base au développement du HIL, dont 49 exemplaires seront destinés à la Marine nationale.

Source ici